Laurence Vidal
Praticienne Naturopathe à Libourne et Praticienne en énergétique chinoise
Laurence Vidal
Praticienne Naturopathe à Libourne et Praticienne en énergétique chinoise

Comment faire son deuil sans accompagner le défunt

Vous êtes nombreux à ne pas pouvoir accompagner votre défunt dans son dernier voyage en ce moment de crise sanitaire.
La perte d’un être cher est déjà compliquée en temps « normal », mais là beaucoup se posent la question du comment. Comment faire ? Comment va t’on y arriver ? Ce n’est pas pensable de ne pas pouvoir accompagner les êtres aimés. 

Il existe plusieurs étapes dans le deuil qui sont au nombre de 7 : 

 

1 – Choc et déni. A ce stade, la personne souffre d'un choc à l'annonce de la perte.
2 – Douleur et culpabilité A ce stade, la personne endeuillée se rend compte que la perte est bien réelle.
3 – Colère. A ce stade, la personne en veut à la terre entière et en particulier au défunt
4 – Marchandage. C’est le moment des regrets, de la culpabilité, du questionnement.
5 – Dépression. Cela se manifeste de différentes façons, mais souvent par l’absence du défunt
6 – Reconstruction. C’est le début de l’acceptation de la perte du défunt et vers une vie sans lui.
7 – Acceptation. Stade ou la personne endeuillée accepte la réalité de la perte du défunt. 

 

Le fait d‘être en confinement rajoute de l’angoisse et de l’anxiété à cette annonce. Il peut nous rendre coupable. Coupable de ne pas avoir fait assez pour cette personne. Coupable de ne pas avoir pu lui dire au revoir. Coupable de ne pas avoir eu le temps de lui dire tout ce que vous vouliez, tout ce que vous rêviez. Cette culpabilité s’accompagne souvent d’une frustration car vous ne savez pas quoi faire, ni comment faire pour l’accompagner de loin. 

Tout ce que vous allez ressentir, personne ne pourra le sous estimer et vous dire que cela passera car personne, a part les expatriés, les militaires lors d’opérations, n’est passée par ce sentiment d’injustice lié a l’éloignement de ne pouvoir accompagner nos défunts. 

 

Ne pas à assister à l’enterrement équivaut à stopper la phase de déni. Nous n’acceptons pas l’idée de la mort. Sans accomplir ce rite, qui donne un véritable sens et une reconnaissance collective à la mort, nous sommes confrontés à l’absence dure et crue, avec un sens important de consternation. Quelque chose reste en attente, il y a une incapacité émotionnelle à prendre congé. Bien sur il y aura une cérémonie après le confinement, mais en attendant que puis-je faire ? Comment aider mon conjoint, mes enfants, ma famille ? 

 

Il y a des petites choses que l’on peut mettre en place facilement.
Vous pouvez sélectionner une photo que vous aimez du défunt et lui parler. Lui écrire tout ce que vous vouliez lui dire ( le mauvais comme le bon ), écrire sans vous relire, écrire comme ça vous vient, puis, mettre cette lettre dans une enveloppe et la brûler. Vos mots iront là ou ils doivent aller et cela pourra soulager un peu votre peine. 

Quand aux enfants s’ils ne peuvent écrire, faites leur faire un dessin, puis le mettre dans une enveloppe et faite le brûler avec l’enfant en faisant un petit rituel en lui disant par exemple que c’est pour que la personne puisse le recevoir au ciel. Les enfants n’ont pas la même capacité que nous à voir le deuil. Pour eux cela reste simple, c’est souvent les adultes qui font de ce passage quelque chose de compliqué à leur annoncer.
Vous pouvez aussi brûler de l’encens ou allumer une bougie autant de temps que vous en ressentirez le besoin.


Vous pouvez pendant un certain temps respirer ou mettre des huiles essentielles à certains point ou à prendre en hydrolat. En voici une liste : 

- deuil, angoisses : immortelle ( Hélichryse ), Davana
- choc émotionnel : Néroli ou Rose de Damas
- douleur insupportable, peine à respirer : immortelle ( Hélichryse )
- chasser le négatif et attirer les Anges : litsée, angélique

- lâcher-prise : ylang-ylang, Patchouli
- douceur et paix : benjoin
- impression de sombrer sans pouvoir s’arrêter, aide à tourner la page : verveine citronnée
- baume pour l'esprit qui apaise tous les chagrins : Myrrhe
 

Pensez aux hydrolats par voie interne : verveine, fleurs d'oranger, camomille noble, rose de Damas, verveine citronnée, lavande vraie, seules ou en associations.
Au coucher : toutes les huiles essentielles apaisantes sont utilisables, mais rajouter de l'angélique et / ou du ravinstsara ( Cinnamomum Camphora 1.8 cinéol ), pour faciliter le sommeil en massages sous les pieds au niveau du point 1 Rein qui se trouve sous les pieds entre les 2 «bosses» ( voir schéma ).
Pour les enfants les huiles essentielles en olfaction ne posent aucun souci.

Du côté de la médecine traditionnelle Chinoise la mort est liée à l’organe du poumon car il est associé au sentiment de tristesse. On manque de souffle, d’énergie, on a plus envie de rien. Il faut donc protéger aussi ceux-ci avec des tisanes de plantes réchauffantes comme la cannelle, le thym, le romarin, le gingembre. 

 

Au niveau des points d’acupression voici 2 points reliés au poumon très utile ( voir schéma ) :


Le point 10 du méridien du Poumon, YUJI, est un grand point psychique. Il calme l’esprit. Selon les textes anciens, il traite toutes les émotions fondamentales de la médecine chinoise : tristesse, peur, terreur, colère, agitation mentale, pulsions et comportements maniaques, et plus encore. Il va donc être efficace lors du deuil. Point situé sur la paume de la main, sur la première phalange, dans une dépression en plein milieu de la base du pouce. Point a masser en pression circulaire ou en pression simple pendant une à deux minutes. pendant que vous faites cela respirer calmement et profondément.
Le point 7 du méridien du Poumon, LIE QUE a un effet libératoire sur les émotions refoulées. C’est un point que l’on utilise sans s’en rendre compte lorsque l’on met ses mains l’une sur l’autre avec les pouces croisés et que l’on tapote avec son index le point au dessus de son poignet. 

Vous pouvez aussi faire de la méditation, de la respiration cardiaque ou du Qi Gong. 

Et puis il faut parler, mais comment me direz vous. En ce moment on ne peut pas sortir. Tout d’abord parler entre vous du défunt, vos souvenirs, vos expériences avec lui, partagez-les avec vos proches.

Il y a aussi nombre de thérapeutes qui peuvent vous aider par téléphone ou visioconférence comme les psychologues, sophrologues, hypnothérapeutes, naturopathes et bien d’autres encore. 

 

Je reste à votre disposition pour toutes informations supplémentaires.
Mes pensées vont vers vous. 

 


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Medoucine

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.